Aller au contenu

Maréchaux

Le maréchalat de France est la plus haute distinction militaire française. Napoléon Ier a élevé vingt-six de ses généraux à la dignité de maréchal de France

Le maréchalat fut institué par Philippe-Auguste en 1185. Aboli sous la convention, le 21 février 1793, il est rétabli par Napoléon qui changea l'appellation de maréchal de Franceen celle de maréchal de l'Empire, et en fit une dignité civile qui donnait droit à la présidence d'un collège électoral. L'Empereur instaura, par le décret impérial du 29 floréal an XII (19 mai 1804), quatorze maréchaux : Berthier, Murat, Moncey, Jourdan, Masséna, Augereau,Bernadotte, Soult, Brune, Lannes, Mortier, Ney, Davout et Bessières. A cette liste, il ajoutaquatre maréchaux honoraires : Kellermann, Lefebvre, Pérignon et Serurier ; tous quatre sénateurs et ayant commandé en chef dans les armées de la République. Dans un souci d'objectivité, tenant compte de la rivalité qui existait entre l'armée du Rhin et celle d'Italie, Napoléon choisit un nombre égal de généraux de chaque armée. Par la suite, huit autres généraux furent élévés au maréchalat. En 1807, Victor ; en 1809, Macdonald, Marmont et Oudinot; Suchet en 1811 ; Gouvion Saint-Cyr en 1812 ; en 1813 Poniatowski ; enfin Grouchy obtint le dernier bâton en 1815, la veille de Waterloo.Le signe distinctif du maréchalat est le bâton. Long de 50 centimètres, de forme cylindrique, et recouvert de velours bleu, semé d'aigles ou d'abeilles brodés en or; les embouts sont en vermeil, l'un orné de l'emblème du régime, l'autre des armes du titulaire. Sur les bâtons de la monarchie les lys remplacent les aigles ; pour ceux de Louis-Philippe et de la République, ce sont des étoiles. En outre, les maréchaux d'Empire aborent trois étoiles sur leurs épaulettes. Les maréchaux sont les cousins de l'Empereur. On s'adresse à eux en les appelant Monsieur le Maréchal et Monseigneur en leur écrivant. Dans l'ordre protocolaire, ils viennent au sixième rang après les princes français, les grands dignitaires, les cardinauxet les ministres (titre 1er-article 1er du decret imperial du 24 messidor an 12, relatif aux préséances et honneurs). Dans leurs voyages officiels, les maréchaux sont salués de treizecoups de canon, dans l'étendue de leur commandement, et de onze coups, hors de leur commandement. Ayant chacun leur blason, ils étaient Grands officiers de l'Empire et, de ce fait, faisaient partie de la Cour impériale où plusieurs d'entre eux tinrent des fonctionshonorifiques ce qui, auréolé des lauriers de leurs exploits, leur donnait un prestige certain.

Le maréchalat de France est la plus haute distinction militaire française.

Napoléon Ier a élevé vingt-six de ses généraux à la dignité de maréchal de France.

Ils ont donné leurs noms aux boulevards des maréchaux, boulevard circulaire entourant Paris à l'intérieur des fortifications. Sur les 26 maréchaux de Napoléon, 7 sont morts dans le contexte de l'épopée (Bessière emporté par un boulet, Lannes par blessures mortelles, Poniatowski échappant à l'ennemi emporté par les eaux, Berthier défenestré, Brune assassiné, et Murat et Ney exécutés).

Les Etains du Prince les ont tous représentés en étain.

Taille moyenne 12.5 cm sur socle bois.

Panier
Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web .

Votre navigateur est obsolète !

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×